Home



dimanche 11 octobre 2015

Réforme des collège: enfin une explication claire pour tout le monde!

                   Les profs sont encore en grève. De toute façon, dès qu'on veut changer quelque chose ils râlent. Eux qui sont toujours en vacances, payés à ne rien faire, de quoi se plaignent-ils?
Il est vrai que nous, enseignants, sommes souvent en grève, mais ce n'est pas sans raison car en plus de défendre notre métier nous nous battons pour l'avenir de vos enfants. Et si vous aussi vous vous sentez concernés par leur futur alors voici ce qui les attends avec la réforme 2016. Commençons par par une image, une comparaison avec une situation quotidienne qui parlera à chacun (e) d'entre vous, pour faire simple - je sais vous n'en avez pas l'habitude mais il est possible de faire simple. 

                 Les parents des enfants de la nation (c'est-à-dire la tête de l'Etat) se sont aperçus qu'éduquer des enfants cela coûte cher. Je sais vous le saviez déjà mais pas eux apparemment. Alors ils ont trouvé un moyen de réduire les dépenses alouées à la construction de l'avenir de leurs enfants, de vos enfants. Ils vont les priver de nourriture...intellectuelle. Ainsi, si vous aussi souhaitez faire des économies voici quelques conseils approuvés par l'Education Nationale, une valeur sûre. Chez vous à table au lieu de proposer du poulet avec des pommes de terre et des haricots verts ne leur donnez plus que le poulet, ou que des haricots, ou que des pommes de terre. Au lieu de proposer trois repas par jour, n'en faites plus qu'un et posez les autres en option. Options ayant chacune une durée de validité de deux ans maximum et ne pouvant être reconduite. Il ne faudrait pas pourrir ces chers petits. Pour le reste, si vous en voulez plus alors il vous suffit de vous tourner vers les grandes enseignes de la restauration qui concurrencent votre cuisine faite maison, et de payer le prix, plus ou moins fort, pour avoir des accompagnements pour vos plats. Si vous n'en avez malheureusement pas les moyens alors vos enfants seront sous-nourris mais qu'importe puisque votre porte-monnaie s'en trouvera soulagé et c'est cela le plus important à vos yeux. L'argent passant avant le bien-être de vos enfants. De même, cela vous plaîrait-il d'avoir à cuisiner tous les jours pour une centaine d'enfants, seul(e) à vos fourneaux en essayant de nourrir tout le monde de façon équitable? Non, vous aimeriez être plusieurs? Et bien si vous souhaitez faire des économies ce n'est pas possible, vous vous débrouillerez seul(e).

                   Si vous avez compris cette image vous avez tout compris à la réforme 2016 qui vous attend et attend vos enfants. Au lieu de pouvoir leur proposer des plats variés et riches d'enseignements, nous devrons retirer de leur menu le latin, la section européenne, l'option de découverte professionnelle (ou DP3), les classes bilangues, etc. Pour reprendre notre image, il ne leur restera donc que le poulet, ou les pommes de terre, ou les haricots verts, mais en aucun cas un plat complet et équilibré. Ils pourront éventuellement avoir accès en option à certains de ces enseignements, en option mais pour une durée limitée (c'est-à-dire avec moins d'heures) et non reconductible. Toujours dans le but de ne pas en faire des enfants gâtés (appartenant à cette "élite de la Nation"). Bien sûr cela ne se fera que si l'établissement utilise la "marge d'autonomie" dans ce but. Cette marge vise à opérer des choix quant à ce qui sera gardé dans le régime alimentaire intellectuel de vos enfants. Par conséquent, si les établissements situés près de chez vous n'offrent pas ce qui intéresse vos enfants, il vous suffira de vous tourner vers les "enseignes" privées et de payer le prix, plus ou moins fort, pour qu'ils aient accès à ces enseignements devenus rares, donc chers. Si vous n'en avez malheureusement pas les moyens alors vos enfants seront sous-nourris intellectuellement et construiront un avenir en déséquilibre, victime des carences qu'ils auront subies. Ils souffriront de soif...de connaissance. mais les finances du ministère en seront soulagées et c'est cela le plus important. L'argent passant avant le bien-être de vos enfants.  Enfin, tout comme vous ne voyez pas comment nourrir une centaine d'enfants seuls à vos fourneaux en étant sûr d'apporter à chacun d'entre eux de quoi combler leur besoins individuels, nous ne nous voyons pas répondre aux besoins de chaque enfant lorsque ceux-ci sont en sureffectifs. Nous aussi aimerions bien être plusieurs. Mais le ministère en a décidé autrement.

                   Vous voyez ce n'était pas compliqué. Voilà pourquoi nous sommes dans la rue et en grève. Ce n'est pas pour fuir notre métier en nous payant une journée de congés. Au contraire, c'est pour le faire et préserver une école gratuite et aux formations variées, peu importe le prix, pour tous les enfants, quelle que soit leur condition sociale. N'oublions pas qu'ils feront la société dans laquelle ils vivront et dans laquelle nous vieillirons. Demandez-vous alors ce dont vous avez envie pour l'avenir de vos enfants : voulez-vous de quoi les épanouir ou pas?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire