Home



mercredi 8 juin 2016

Physionomie des ténèbres



J'exerce le métier de fantôme. Je voyage de lieu en lieu tel une feuille tombée d'un arbre. Je passe ainsi du silence au tumulte au gré de mes vols, virevoltant, emporté par le rythme imposé de cette danse. Je me réveille avec la rosée du matin, je pleure avec la pluie, je ris avec le dieu soleil. Parfois j'emprunte de voies sans issue qui me laissent alors errant au milieu d'un labyrinthe de possibilités, perdu, cherchant dans quel sens diriger mes pas invisibles. C'est alors que je finis dans un livre, couché sur une feuille, voyageant et dansant  de page en page, virevoltant. J'évoque parfois la pluie, souvent le soleil, j'accompagne le lecteur jusqu'au royaume d'un dieu lointain, où il lui est possible d'être béni avec de la rosée. Puis lorsque le livre se referme, c'est le silence. Les feuilles de papier retournent  dans le passé, se remémorent  leur vie lorsqu'elles étaient parties constituantes d'un arbre fort et vigoureux, baignant dans la lumière réchauffant du soleil.
La lumière de la conscience scintillait sur son front. C'était là le signe d'accueil par le génie des lieux. Tout avait commencé avec une mince ligne de lumière émanant des dernières feuilles de l'automne. Enfouis en dessous se trouvaient divers livres, elle en avait ouvert un au hasard et avait suivi les instructions secrètes qui l'avaient conduite en ces lieux.